La force de l’univers d’Elisabeth Da Pontcé provient sans doute de ses intentions affranchies des genres.

À travers une musique à la fois organique et électronique, elle brandit une poésie politique qui en réfère davantage à quelque chose de joyeux, d’heureux, de léger, de naïf tout en gardant un regard aiguisé sur le monde comme il va.